L’octroi des licences pour de nouvelles radios privées compromis

Paysage audiovisuel

L’appel à candidatures lancé, en février dernier, par l‘Independent Broadcasting Authority (IBA) pour l’octroi de licences à de nouvelles stations de radio privée avait suscité un vif intérêt, surtout parmi les professionnels de la communication. À la date butoir, soit le 16 mars 2018, plusieurs sociétés, dont certaines sont dirigées par des proches du gouvernement, avaient soumis leurs projets. L’allocation de ces nouvelles fréquences, avait-on appris, devait se faire dans un délai de trois mois. Or, il semblerait que l’ICTA serait allée trop vite en besogne. En effet, tout laisse croire que cette instance régulatrice aurait mis la charrue avant les bœufs puisque l’Agence nationale des fréquences de la Réunion (ANFR) n’aurait pas encore alloué les fréquences disponibles à Maurice.

Bien que la coordination avec l’ANFR se poursuive, cet exercice risque de prendre plus de temps que prévu. En l’absence d’un ‘Director of Engineering’, qui avait été injustement démis de ses fonctions par l’ICTA, le travail a accumulé un retard considérable. Cependant, selon le ministre Yogida Sawmynaden, Jerome Louis devra bientôt rejoindre l’ICTA. Ce dernier a d’ailleurs abandonné sa plainte contre l’organisme pour licenciement injustifié en cour le mois dernier. Jerome Louis devra ainsi s’atteler, à son retour au sein de l’organisme, à activer les consultations avec l’ANFR. Sans compter que l’International Telecommunication Union (ITU) doit également être notifiée.

Le processus, apprenons-nous, pourrait retarder l’enrichissement du paysage audiovisuel mauricien. Serait-ce la raison pour laquelle l’IBA s’est réservée le droit de n’émettre aucune licence suite à cet appel de candidatures ? D’ailleurs, ceux qui sont dans le domaine s’accordent à dire que l’ICTA aurait dû d’abord s’assurer d’obtenir les fréquences disponibles avant d’autoriser l’IBA d’inviter les intéressés à soumettre leurs applications. La possibilité que celles-ci demeurent au fond d’un tiroir au sein de l’IBA provoque des grincements de dents parmi certains qui voyaient d’ores et déjà leur nouvelle station de radio privée émettre à partir de la cuisine…