[Malgré le verdict de la Cour dans le cas d’emploi fictif] Yogida Sawmynaden pas lavé de tout blâme

  • L’enquête sur l’avalanche de contrats alloués aux proches de Jonathan Ramasamy et à Neeta Nuckched au point mort

Il a obtenu le bénéfice du doute dans le cas du ‘Constituency Clerk’. Mais Yogida Sawmynaden est-il innocenté pour autant dans l’affaire Kistnen qui englobe plusieurs aspects ? La réponse est non, n’en déplaise au principal concerné et au Premier ministre lui-même. En dépit du verdict de la magistrate Anusha Rawoah, l’ex-ministre du Commerce ne pourra laver son honneur tant que le peuple n’aura pas eu toutes les réponses sur les autres éléments de l’affaire. Ceux-ci ont principalement trait aux contrats alloués aux proches, dont Bo Digital, AV Techno World Ltd et Neetee Select, entre autres. Rewind, pause

Démission de Yogida Sawmynaden le jour de sa convocation au CCID

Revenons sur la démission de Yogida Sawmynaden le 10 février 2021. Celle-ci n’était pas liée directement à l’affaire d’emploi fictif, mais à une série d’allégations successives dans le sillage des travaux de l’enquête judiciaire sur la mort de Soopramanien Kistnen en Cour de Moka. À tel point que sa révocation était réclamée de toutes parts. Mais il est resté accrocher à son fauteuil aussi longtemps qu’il a pu. Et ce, même lorsque les critiques contre lui s’étaient intensifiées alors qu’il devenait clair qu’il y a eu des irrégularités concernant l’allocation des contrats par la STC, qui tombe sous la tutelle du ministère du Commerce qu’il occupait alors. Mais c’est finalement quand il a été convoqué au Central CID pour être entendu dans le cas de la nomination de Simla Kistnen comme sa ‘constituency clerk’ qu’il a dû finalement renoncer à son poste ministériel.

STC

Avalanche de contrats aux proches

« So Compagnie pa fine supply STC. STC zamais pa fine paye li. STC zamé pa fine passe commande avec li. Et si au cas ou sa osi ti le cas, li ti ena zis pou déclare so l’intérêt ». C’est ce qu’avait insisté l’ex-ministre Yogida Sawmynaden le 11 juillet 2020 pour dédouaner l’ex-directeur de la ‘State Trading Corporation’ (STC), Jonathan Ramasamy. Selon lui, ce dernier n’avait pas offert de contrat à son beau-frère. Or, la suite de l’événement nous fait croire le contraire. D’ailleurs, peu après la démission forcée de Yogida Sawmynaden comme ministre, le gouvernement a tout bonnement lâché Jonathan Ramasamy, jusque-là protégé par l’ex-ministre du Commerce. Son contrat a été résilié le 19 février 2021. Cela fait suite à son arrestation par l’ICAC dans le sillage des allégations entourant les Emergency Procurements pour l’achat des équipement médicaux pour un montant de plus d’un milliard de roupies entre mars et juin 2020, pendant le confinement.

Le beau-frère de Jonathan Ramasamy, Vinay Appanna, avait obtenu deux contrats totalisant un montant de Rs 77 794 800 de la STC à travers sa compagnie AV Techno World Co. Ltd. D’ailleurs, la secrétaire de cette compagnie n’était nulle autre que Selvie Appanna, l’épouse de Vinay Appanna. Cette dernière est aussi directrice de BCA Consulting, dont la directrice est Reena Appanna, mariée à … Jonathan Ramasamy ! Ce n’est pas tout. Le secrétaire de BCA Consulting était Ashwind Kumar Poonyth, qui occupait également les fonctions de secrétaire de Bo Digital Co. Ltd. Cette compagnie était, elle aussi, bénéficiaire de plusieurs contrats dépassant les Rs 300 millions de la STC. 

Les charges provisoires logées contre Jonathan Ramasamy ont toutefois été rayées au tribunal de Rose-Hill 32 mois plus tard. Pas parce que l’ex-directeur de la STC n’avait pas commis d’abus de pouvoir, mais parce que l’ICAC a été incapable de boucler son enquête. Ce qui avait provoqué le courroux du magistrat Arun Ruhamally, qui s’était montré très critique contre la commission anti-corruption.

Révélation en Cour de Moka

Les fournisseurs choisis par le ministère du Commerce

Alors que Yogida Sawmynaden prétendait, le 11 juillet 2020, que la STC, gérée par Jonathan Ramasamy, n’avait fait que suivre les directives du gouvernement pour les achats effectués sous Emergency Procurement, il avait été désavoué en Cour de Moka le 4 février 2021. C’était à peine cinq jours avant sa démission comme ministre et quatorze jours avant la résiliation du contrat de Jonathan Ramasamy. En effet, c’est le ministère du Commerce, sous la responsabilité de Yogida Sawmynaden, qui choisissait les compagnies qui fournissaient les équipements médicaux, et pas la STC. Ce choix était ensuite avalisé par le ‘National Committee’ sur la Covid-19. C’est du moins ce que Krishnamurthy Ragaven, officer-in-charge à la STC, avait révélé au tribunal de Moka dans le cadre de l’enquête judiciaire sur la mort de Kistnen. Ce qui sous-entend que Yogida Sawmynaden ne pouvait plaider l’ignorance quant à l’allocation des contrats alloués par la STC aux compagnies appartenant aux proches de Jonathan Ramasamy.

Neetee Select Ltd

Cinq contrats en quatre mois pour l’amie d’enfance de Yogida Sawmynaden

Cinq contrats en l’espace de quatre mois, soit de mai à septembre 2020. C’est ce que la compagnie Neetee Select Ltd avait décroché. Outre un contrat octroyé par Courts Mammouth, deux autres avaient été octroyés par la STC, le quatrième par le ministère du Commerce et le dernier par le conseil de district de Moka, tombant dans la circonscription no. 8 où Yogida Sawmynaden était élu en 2019. Les contrats ont commencé à pleuvoir un mois seulement après la création de sa compagnie. Chance ou copinage ?

Fait intéressant : la directrice de cette compagnie est Neeta Nuckched, une amie d’enfance de Yogida Sawmynaden. Du jour au lendemain, cette hôtesse de l’air est devenue femme d’affaires grâce à ses connexions avec l’ex-ministre du Commerce. D’ailleurs, elle était même l’heureuse bénéficiaire d’un contrat convoité par Soopramanien Kistnen pour le nettoyage des entrepôts de la STC. Et ce alors qu’elle n’avait aucune expérience dans ce domaine.

Toutes ces révélations ont été faites au tribunal de Moka, au cours des travaux de l’enquête judiciaire sur la mort de l’ex-agent du MSM, Soopramanien Kistnen.