Une battante malgré son état de santé

Âgée seulement de 38 ans, Cindy Gopaul, une mère de trois enfants, garde l’espoir de retrouver une vie normale. Clouée au lit, ayant désespérément besoin d’un dispositif d’oxygénothérapie à domicile, elle lance un appel désespéré aux Mauriciens.

Les Gopaul louent un petit logement à Pamplemousses. Cindy Gopaul, 38 ans, travaillait comme gardienne de cimetière, en compagnie de son mari, Souresh, avant qu’elle ne tombe malade. Ces derniers se sont mariés depuis 15 ans, et le couple a trois enfants. Deux des enfants ont quitté le cocon familial, tandis que le benjamin, Yansley, âgé de 12 ans, vit toujours avec ses parents.

Cindy Gopaul se retrouve clouée dans son lit, et souffre de douleurs souvent insoutenables. Cela fait depuis 10 ans qu’elle vit ainsi un calvaire. Mais récemment, les choses ont pris une tournure plus dramatique. Cindy a été victime de trois attaques cérébrales début avril et par la suite, son état de santé s’est considérablement détérioré.

Elle avait été admise aux soins intensifs à l’hôpital SSRN pour une durée de 22 jours, ce qui a été une expérience traumatisante pour Cindy. Elle nous explique que les médecins ont fait le nécessaire, mais ce qui n’a pas été le cas pour les infirmiers. Clouée au lit, elle avait souillé ses couches, mais ces derniers ne voulaient pas les changer et elle est restée dans cet état pendant des jours.

Elle affirme même qu’elle a été victime de négligence médicale, après que ses médicaments avaient été échangés avec ceux d’un autre patient, ce qu’elle trouve inacceptable. « Je ne veux plus retourner à l’hôpital. Les membres du personnel de santé ne s’occuperont pas de moi convenablement. Ils ont tendance à me délaisser complètement », dit-elle. Puis, elle ajoute dans un sanglot, « j’en ai marre de tout cela ». Elle demande ainsi aux autorités de sante de voir si elle pourrait bénéficier des services d’un médecin de l’hôpital à domicile.

Les séquelles des attaques cérébrales ont été lourdes : son système respiratoire a été gravement atteint, et ce moment même, elle a besoin d’être sous oxygène pour pouvoir survivre. Sa vie dépend entièrement d’un dispositif d’oxygénothérapie à son domicile. Or, un tel appareil coûte une fortune, et la famille de Cindy n’a pas les moyens d’en acquérir. Auparavant, comme gardienne de cimetière, elle pouvait nourrir sa famille. Certes, elle reçoit bien une pension de la part de la sécurité sociale mais cette somme se révèle largement insuffisante.

Son mari, Souresh Gopaul, souffre, lui aussi, de problèmes de santé. Néanmoins, il effectue de menus travaux ici et là pour essayer de subvenir aux besoins de sa famille mais ces efforts sont loin de suffire. Il n’a jamais abandonné Cindy à son sort. Il lance un appel au ministère de la Santé de bien vouloir prendre en considération le cas de son épouse et de faire en sort qu’elle reçoive le soutien médical nécessaire. Le jeune Yansley, âgé de 12 ans, est élève dans un collège à proximité de sa maison. L’adolescent se dévoue corps et âme au chevet de sa mère. « Mo garçon mem ki occupe moi », nous dit Cindy, émue. Même s’il doit s’en passer de tout ce qu’un jeune de son âge devrait avoir, sa priorité reste sa mère et il veut tout faire pour elle.

L’adolescent lance ainsi un appel de détresse aux Mauriciens. « Je demande aux Mauriciens de m’aider à sauver ma mère », nous dit-il. Cindy Gopaul demande ainsi aux Mauriciens de lui venir en aide pour qu’elle puisse retrouver sa santé, même partiellement, et pour qu’elle puisse passer du temps auprès de ses trois enfants. Ce que les Gopaul voudraient avoir : les moyens d’acquérir un dispositif d’oxygénothérapie, et une aide générale qui leur permettrait de pouvoir joindre les deux bouts. Ils demandent aussi si les autorités concernées pourraient considérer de mettre à leur disposition une maison de la NHDC sur une base humanitaire. Si vous voulez venir en aide à cette famille, veuillez contacter le jeune Yansley sur le 5490-2821 pour plus de précisions.

SHARE
Previous articleQuestions parlementaires