Pénurie d’eau à Bambous-Virieux : Les habitants : « Nous en avons marre ! »

Les habitants du village de Bambous-Virieux, dans le sud-est du pays, vivent un véritable calvaire au quotidien. En effet, depuis le 26 décembre dernier, l’eau à complètement cessé de couler de leurs robinets, et les autorités continuent de faire la sourde oreille.

Une dizaine d’habitants ont manifesté devant l’Hôtel du gouvernement ce mercredi 6 janvier pour démontrer leur mécontentement. On pouvait voir sur les pancartes « No Water, No Life » ou encore « Water is a Human Right ». Par ailleurs une correspondance a été envoyée au bureau du Premier ministre, Pravind Jugnauth, afin de trouver une solution à ce problème.

Cela fait plusieurs mois que les habitants de Bambous-Virieux se plaignent d’une pénurie d’eau dans la région, avant qu’ils ne se retrouvent sans une goutte eau le dimanche 26 décembre dernier. Ils étaient descendus dans les rues de leur village le même jour. Environ une dizaine d’entre eux avaient été arrêtés et ils avaient comparu devant la Cour de Mahébourg sous une charge provisoire d’avoir tenu un rassemblement illégal.

Des élus qui doivent encore trouver Bambous-Virieux sur la carte

Il faut savoir que la circonscription englobant Bambous-Virieux compte trois élus de la majorité, à savoir le ministre des Services financiers et de la Bonne gouvernance, Mahen Seeruttun, la Chief Whip Naveena Ramyad et la députée Teenah Jutton. Or, selon les habitants, ces derniers brillent par leur absence depuis que ce problème est survenu, il y a deux semaines de cela. Les habitants avancent même que ces élus sont en train de faire la sourde oreille face à cette situation.

Les habitants toujours dans l’angoisse

Armelle, une habitante de Bambous-Virieux, nous explique que la situation est toujours la même. Certes, les camions citernes viennent pour fournir de l’eau, mais cette distribution largement erratique est loin de suffire aux besoins des habitants. « On ne demande pas que l’eau coule 24h sur 24 chez nous. Nous demandons simplement que nous obtenons suffisamment d’eau pour pouvoir subvenir à nos besoins », dit-elle. « Je ne peux pas prendre continuellement de l’eau avec mon voisin. Pendant combien de jours il va me donner de l’eau ? », fait ressortir Armelle. Elle se met dans une colère noire lorsqu’il s’agit des élus de la circonscription. « Personne parmi eux n’est venu à notre rencontre pour essayer de trouver une solution à ce problème », dénonce-t-elle.

Cindy est une autre habitante de Bambous-Virieux. Elle nous dit qu’il y a quelques temps de cela, les autorités avaient promis de changer les tuyaux pour que les habitants aient une bonne fourniture d’eau, mais cela est restée lettre morte. « On ne peut pas continuer à vivre comme ca. Cela nous rend la vie impossible. Quand à nos élus, je préfère ne pas ne parler », lance-t-elle. « Nous en avons plus que marre ! »

Hors-texte

Anne, ma sœur Anne…

Encore une fois, force est de constater que les grandes promesses du gouvernement de fournir de l’eau sur une base 24/7 ne sont que de vent, alors qu’il est aisément prévisible que d’autres localités vont connaitre le même problème que Bambous-Virieux dans les mois qui viennent.

Lors de leur campagne électorale avant les législatives de 2019, le gouvernement avait annoncé une série de mesures en ce qui concerne la fourniture d’eau dans le pays. Il avait ainsi été annoncé qu’on allait doubler le nombre de camions citernes immédiatement pour approvisionner les citoyens les plus affectés par les coupures d’eau ou encore qu’on allait aménager d’avantage de barrages. Une fois au pouvoir, le gouvernement avait renchéri en promettant le remplacement à court et moyen termes des tuyaux désuets. Anne, ma sœur Anne…

SHARE
Previous articleReprise des cours le 10 janvier