Osons aimer pour terrasser la violence

Depuis 2010, la violence politique qui avait beaucoup reculé dans le monde, a recommencé à augmenter d’une façon spectaculaire (multipliée par 6), et plus encore la violence criminelle (pour un meurtre par un acte de terrorisme, il y en a 7 morts par un crime crapuleux) à cela s’ajoute la violence ordinaire et invisible. Les femmes assassinées par leurs conjoints, les enfants martyrisés et tués, les salariés exploités et assassinés au travail. Sont-ils plus nombreux que par le passé ou sommes-nous davantage sensibilisés à cette violence ? Peu importe. Elle est là.

Elle nous rappelle que l’homme n’est pas naturellement bon. Que placé dans des circonstances particulières, chacun de nous, ou presque, peut devenir un monstre par égoïsme radical ou par plaisir de faire mal. Et pourtant, nous avons tout pour réaliser l’idéal dessiné par toutes les philosophies: ‘la victoire de l’amour.’ Elle passe par la prise de conscience, au minimum, que nous avons intérêt au bonheur des autres. C’est ce que nous confirment les nouvelles technologies et l’économie collaborative.
Et mieux encore, que nous pouvons trouver une formidable source de bonheur dans le bonheur que nous apportons à d’autres. C’est dans ce passage de l’égoïsme mortifère à l’altruisme rationnel, puis à l’altruisme désintéressé que se joue l’avenir de l’humanité. C’est aussi ce que nous enseignent les neurosciences. Osons aimer sans fausse pudeur ni calcul.

Les campagnes électorales avec provocation et violence sont passées d’époque. Toute campagne électorale doit se faire sainement et sereinement. La violence gratuite exercée que ce soit envers un candidat ou un sympathisant indépendamment de ses convictions politiques ou religieuses doit être dénoncé avec une extrême sévérité. Jusqu’à la veille des échéances nous sommes des adversaires. Le jour des élections chacun doit exercer son droit civil en accomplissant son devoir civique en toute quiétude. Les électeurs trancheront et nonobstant le gagnant tout le monde sera la bienvenue pour apporter sa pierre à l’édifice afin de parvenir à construire un avenir meilleur pour nous mêmes et pour les futures générations. La violence nourrit la violence. Souvenons nous que le Mahatma Gandhi a dit : “Celui qui se sert de la violence sera anéanti par une violence encore plus violente”. Venant du Chantre de la non-violence, cela prend tout son sens.

Espérons que la violence ne sera bientôt plus que l’une des dernières scories du moyen âge de l’humanité.

Fawzi Allymun.
[email protected]