Silence on tue à Gaza !

Nul besoin d’être une âme sensible pour être choquée voire bouleversée par le triste spectacle dont Gaza est le théâtre ces derniers temps. Alors que le monde croise les bras devant ce massacre ignoble de centaines, voire de milliers de Palestiniens par l’Etat israélien avec la complicité du  «  clan Trumpien » incarné sur le terrain par l’arrogant et haineux gendre de Donald Trump ; Jared Corey Kutshner puissant homme d’affaire juif, américain et époux d’Ivanka.

Ces démons prédateurs d’une lâcheté extrême armés jusqu’aux dents arrachent des vies innocentes et vulnérables constituées de femmes et d’enfants dont le seul tort est de réclamer un territoire bien à elles. Ce peuple palestinien colonisé, réprimé, humilié, réduit en expatrié paradoxalement dans leur propre territoire depuis au moins 60 ans; cherche à se défendre avec des moyens aussi dérisoires que des pierres symboles de leur désespoir et de leur impuissance. Le pire c’est que la communauté internationale sous la bannière de l’ONU reste passive et amorphe tellement elle est la marionnette des grandes puissances la sollicitant ou la méprisant au gré de leurs intérêts stratégiques. Certes, dans ce monde capitaliste et froid où la mort et le crime sont banalisés, les massacres n’indignent plus personne à moins qu’ils s’abattent sur les nôtres; mais je refuse de croire que nos cœurs se sont sclérosés et que notre sensibilité et notre humanité ont déserté notre planète.

Ce qui me chagrine d’autant plus c’est moins la façon ignoble dont « Goliath » ou Israël extermine « David » ou la Palestine, que l’indifférence coupable pour ne pas dire la coopération ou la complicité d’Etats musulmans à l’image de l’Arabie Saoudite censés être les garants des droits et libertés des pauvres compatriotes du défunt Yasser Arafat, qui va sans doute se retourner dans sa tombe lorsqu’il apprendra que ce peuple qu’il a défendu est réduit en martyrs.

On nous dira que le conflit israélo-palestinien est complexe et difficile à résoudre eu égard aux soubassements historico-religieux qui le traversent, mais force est de reconnaître que la volonté politique internationale fait défaut et les réactions d’indignation de la société civile ne sont pas vigoureuses comme elles le seraient devant les attaques terroristes en terre occidentale.

Au lieu de condamner fermement ces tueries dont les auteurs méritent plus que tous les criminels de guerre d’être traduits devant la Cour pénale internationale, la communauté internationale se contente de voter timidement des résolutions qui n’ont aucun effet sur l’issue du conflit dont la solution ne pourrait provenir que d’une indignation hardie et massive de la communauté international laquelle va s’exprimer sous forme de manifestations, de boycott des produits venant de ces pays-bourreaux.

Les Nations unies prises en otage par des États véreux et intimidées par le tout puissant lobby se complaisent à une condamnation d’une mollesse si sidérante qu’elle encourage les États-colons à continuer leurs lugubres besognes. Rien n’émeut plus personne : les vies humaines anéanties, des enfants déchiquetés par des bombes, la détresse et le désarroi de populations sans défense ou qui ne disposent que de frondes pour faire face à la furie d’un Etat fauve surarmé qui massacre sans vergogne et sans peur de représailles.

Devant notre télé, on regarde avec indifférence ce spectacle macabre se dérouler sous nos yeux déshumanisés en commentant les prouesses de Messi , de Ronaldo, les frasques ou les déboires de telle ou telle star, les caprices ou les folies de telle ou telle célébrité, on oublie que ce sont des êtres humains comme nous en chair et en os qui se font enlever une vie sacrée dont Seul Allah est l’Unique Créateur.

Imaginons un seul instant la tristesse et le chagrin qui nous animent lorsque nous perdons un être cher, et représentons nous le malheur que les populations de Gaza vivent en se voyant arrachées tous les jours des proches sans défense dans des conditions injustes, ignobles et déplorables, nous comprendrons alors l’ampleur de notre froideur devant ce sinistre spectacle que constitue ce massacre du peuple palestinien.

À défaut d’avoir le pouvoir politique de changer la donne et de corriger l’injustice notoire que subit le peuple palestinien et d’autres peuples innocents d’ailleurs, et attendant une justice divine infaillible, seule la pression des hommes épris de paix et de justice pourra faire vaciller ces mastodontes meurtriers à savoir l’Etat israélien et l’Etat Américain.

Loin de passer pour un rêveur ignorant du monde capitaliste ou un activiste de causes perdues, je pense qu’une indignation massive des hommes épris de paix et de justice aura un effet salutaire, car à défaut de résoudre le conflit elle contribue à tracer la frontière de l’inacceptable.

Quand la vie humaine est banalisée et que l’injustice et le crime sont consacrés, se taire apparaît comme une forfaiture coupable, alors rompre le silence devient un devoir pour tout humain conscient que l’humanité est une et indivisible.

  • Umar Lauthan

[email protected]